17/10/2005

Chasse à l’homme en République Dominicaine Par J.C Cambronne

Depuis quelques semaines, nous assistions impuissant  à une véritable chasse à l’homme en République Dominicaine déclenchée par les autorités de ce pays contre les immigrés haïtiens  résidents dans la partie est  de l’île. Fuyant la misère et les conditions de vie misérables en Haïti, plus d’un millions de citoyens haïtiens franchirent légalement ou clandestinement les frontières de la république Dominicaine pour s’y établir et cela depuis des décennies. Employée surtout dans les  vastes plantations  de canne à sucre propriétés de multinationales américaines ou de riches capitalistes dominicains d’origine étrangère, cette immigration taillable et corvéable, vivant dans des conditions proches de l’esclavage, a toujours été le souffre douleur  des classes dirigeantes dominicaines  particulièrement soucieuse de sauvegarder la blancheur écarlate  de sa race face à la menace que représente cette masse de nègres analphabètes et sauvages déferlant dans leur pays. Le dictateur sanguinaire Rafaël Leonidad Trujillo en 1932 pourtant  d’ascendance haïtienne déclencha un terrible massacre  des  immigrés haïtiens se soldant par la mort de plus de  40000 personnes. Des années plus tard, des milliers de paysans pauvres et misérables haïtiens continuent de franchir la frontière des deux pays à la recherche  d’une vie meilleure malgré  les mauvais traitements, les conditions de travail inhumaines  et les discriminations les plus imbéciles qui les attendent sur le sol dominicain.

Aujourd’hui cette main d’œuvre bon marché, abandonnée à elle-même par les autorités haïtiennes  ne fournit pas seulement sa force de travail dans les plantations de canne à sucre, mais aussi dans l’industrie touristique et la construction. On peut dire avec certitude que cette main d’œuvre haïtienne a été déterminante dans l’émergence de la république dominicaine en tant que place forte du tourisme international  dans les caraïbes.

Ce qui fait peur aujourd’hui à la classe politique dominicaine, quelle soit de droite ou social-démocrate, c’est le poids politique que pourrait représenter une partie de cette immigration haïtienne, née sur le territoire dominicain, de parents haïtiano-dominicains ou d’Haïtiens parfaitement intégrés dans le pays depuis des décennies et à qui, on refuse  systématiquement le droit à la nationalité dominicaine malgré la lettre de la constitution. Dynamique, sans   complexe, fière de son origine et de sa culture  l’élément haïtiano-dominicain hante  le rêve d’une classe politique dominicaine obsédée par une partie de son histoire commune avec Haïti et de ses séquelles traumatisantes. Pour y échapper, Elle se  cabre  derrière tout un ensemble de comportements irrationnels  comme les violences institutionnelles par l’armée et les forces de police, les violences de  type raciste entretenues  parmi la population la plus pauvre sur la menace que constitue l’haïtien ou l’haïtiano-dominicain  montré du doigt comme un envahisseur menaçant la pureté raciale ou le confort du pays catalogué encore l’un des plus pauvres au monde.

La chasse à l’homme, les persécutions dont souffrent les immigrés haïtiens en république dominicaine dépassent   les limites de l’intolérable. Des citoyens sont brûlés vifs, d’autres sont assassinés en toute impunité sans que la justice dominicaine intervienne. Des éléments nocifs de l’armée et de la police exercent de véritables expéditions punitives dans les quartiers habités par les immigrés haïtiens, ces mêmes délinquants  rançonnent les petits commerçants haïtiens en toute légalité sans que ces actes ne soient sanctionnés par les autorités. Ces derniers mois, plus de  5000 immigrés haïtiens ont été brutalement renvoyés en Haïti  et leurs biens pillés ou volés au mépris des lois locales censées accorder  un minimum de protection citoyenne.

Décidément la classe politique dominicaine dans ce dossier agit comme si elle avait perdu la mémoire et le sens des réalités historiques qui conditionnent les relations des deux pays partageant l’île. C’est grâce à Haïti que  la république Dominicaine a pu entrer dans le cercle des pays ACP associés à l’union européenne. Jusqu’ici, c’est elle qui profite avec la complicité  des autorités haïtiennes de tous les projets financés par l’union européenne soi-disant  au bénéfice des deux pays. Les relations économiques et commerciales  entre Haïti et la république Dominicaine laissent un large bilan positif en leur faveur, soit à peu près un milliard de dollars U.S. Les dominicains  profitent également de la présence en Haïti  des 8000 militaires de la MINUSTA, qui sont autant de touristes occasionnels et de clients pour ses bordels, sans oublier l’argent de la diaspora haïtienne qui alimente le commerce trans-frontalier.

 Le devoir de mémoire doit  rappeler à la classe politique Dominicaine que rien n’est acquis sur cet échiquier des relations entre les deux pays. Le dialogue, l’équité, le respect  des intérêts mutuels et la justice doivent primer avant tout si on veut vraiment trouver une solution définitive au sort des haïtiano-dominicains, des haïtiens résidents légalement sur le terroir dominicain, solution qui doit passer irréversiblement par la reconnaissance  des droits de cette population au même titre que les droits de tous les dominicains  reconnus par leur constitution et les lois du pays. Dans le cas contraire, personne ne pourra présager l’avenir de ces deux pays dans le cadre d’une caraïbe libre du sous-développement, de la dépendance, tournée vers la modernité.

                                                             J.C Cambronne




20:21 Écrit par Jos | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

retraité J'aimerais rappeler à JnClaude que ce qu'il appelle chasse à l'homme sombre nécessairement et allègrement dans le "lynchage" caractérisé, comme celui des trois jeunes haïtiens brûlés vifs dans les rues de Sto Domingo. De plus, il faudrait aussi oser souligner la langue de"fer " de la soi disant classe politique haïtienne, tous bords confondus, dirigeants ou commettants qui laissent à ceux de l'extérieur (étrangers évidemment), le soin de dénoncer l'atrocité comportementale de voisins chez qui la classe privilégiée haïtienne ne se« prive pas» pour aller flamber les gourdes amassées sur le dos d'un peuple courbaturé...et affamé.

Écrit par : benjamin saint-dic | 03/12/2005

Les commentaires sont fermés.